AÏN SEYNOUR  village de nos aïeux et de notre jeunesse de1871à1962

Accueil
Histoire du village
Ses métiers
Sa population
L'école
Le petit cheminot
la gazouse
Vos photos
guerre  14 18
La SAS
généalogie
les nouvelles

 

LA SAS 

ORGANIGRAMME  DE LA SAS d 'AÏN SEYNOUR 

Duthil René: chef de bataillon 

Ganipeau Gérard :adjudant chef 

 Leblond Michel :radio 

 Effectif des  Moghaznis 68 

Un infirmier indigène et madame Duthil

Madame Leblond Michelle :attachée sociale féminine

locomotion 2 camions ;1 jeep  

LES TACHES EN IMAGES

LES SECTIONS ADMINISTRATIVES SPECIALISEES ( 1955/1962 )

képi officier sas

 

Insigne des sas

LEUR FONDATION EN 1955
Au début de l’insurrection en 1954, l’Algérie comprend un Gouvernement Général à Alger (G.G.) et trois départements : Alger, Oran et Constantine, des préfectures et sous-préfectures et un certain nombre de communes : communes de Plein Exercice (sur le modèle de la Métropole ) et Communes Mixtes dirigées par des administrateurs civils.
A l’été 1955, le Gouverneur Général Jacques Soustelle, avec le Général Parlange, figure légendaire des Affaires Indigènes du Maroc, décide de renforcer l’administration des Communes Mixtes et crée dans le bled des Sections Administratives Spécialisées dépendant d’une administration des Affaires Algériennes installée à Alger.
Il demande aux Forces Armées, principalement à l’Armée de Terre, de détacher des officiers et des sous-officiers en position " Hors Cadres " au service des Affaires Algériennes.
Des anciens officiers des Affaires Indigènes du Maroc encadrent les premières S.A.S. et sont intégrés dans la hiérarchie des Affaires Algériennes au niveau des Sous-préfectures et Préfectures .
L’effort porte d’abord sur le Constantinois et une partie de l’Algérois ( Grande Kabylie ) et s’étend par la suite à l’ensemble de l’Algérie puis aux villes ( Sections Administratives Urbaines). A leur maximum, les Affaires Algériennes comprendront 700 S.A.S., des échelons de liaison au niveau des Sous-préfectures et Préfectures et une administration centrale à Alger. Au total, de 1955 à 1960, 4 000 officiers d'active et appelés serviront dans les S.A.S. .
ORGANISATION D'UNE S.A.S.
Installée dans le bled, une S.A.S. est commandée par un Capitaine ou un Lieutenant et comprend en outre la plupart du temps un sous-officier, du personnel civil ( secrétaire, comptable, radio, assistante médico-sociale, chauffeur, interprète ) et un élément de protection, le maghzen, avec une trentaine de moghaznis. De nombreux sous-lieutenant du contingent renforceront peu à peu le dispositif : ils seront adjoints du Chef de S.A.S. dont ils assureront l'intérim en cas de besoin et parfois Chefs de S.A.S.
Disposant d’une jeep et d’une ou plusieurs camionnettes, parfois de chevaux, le chef de S.A.S. est en mesure d’effectuer des tournées dans les villages et les douars.

MISSION, ACTIVITES D'UNE S.A.S.
Les S.A.S. représenteront l’autorité civile auprès des communes. Elles auront à conduire à partir de 1958 le programme dit des 1000 villages (logements, adduction d'eau, routes, écoles, dispensaires…) dont le financement est prévu par le Plan de Constantine. A ces titres, elles auront en charge, pour une ou plusieurs communes :
La sécurité, avec l'aide de l'armée.
Le recensement et l’État Civil, la participation à la réforme communale de 1956, ouvrant le champ à la pratique de la démocratie, l’organisation des élections.
Les chantiers : routes, marchés, hydraulique….
La scolarisation avec la réouverture ou la construction d'écoles.
La santé, en particulier l'Assistance Médicale Gratuite ( A.M.G. ) : l'action propre de la S.A.S. est épaulée par des médecins et des infirmiers militaires assurant consultations et soins, et par les équipes de la Croix Rouge et les EMSI ( Équipes médico-sociales itinérantes ).
Les ouvroirs pour femmes.
L'aide à la jeunesse, grâce à des équipes de moniteurs de la Jeunesse Algérienne.

LES PERTES DU SERVICE DES AFFAIRES ALGERIENNES
DE 1956 A 1962 ( AVANT LES ACCORDS D'EVIAN )
Officiers : 73
Sous-officiers : 33
Personnel civil : 42
Moghaznis : 612
Le nombre des blessés est bien plus important encore

LA FIN
Après le discours du Général de Gaulle sur l'autodétermination le 16 Septembre 1959, le doute s'installe.
Si nombre d'officiers des Affaires Algériennes croient encore à l'intégration dans l'égalité des droits, d'autres ne peuvent manquer de conclure que l'indépendance se profile, et sans doute à très court terme. Mais le combat de fond continue : le combat quotidien pour protéger quoi qu'il arrive une population recrue de fatigue et de misère, et si possible, améliorer son sort. Avec la question de plus en plus angoissante des moghaznis et de leurs familles : comment les protéger eux aussi, quoi qu'il arrive ?
En Mars 1962, le gouvernement Français signe le cessez le feu avec le FLN. Les S.A.S. isolées sont repliées sur les S.A.S. les plus importantes. Les moghaznis sont désarmés, comme d'ailleurs les harkis et les groupes d'autodéfenses ( G.A.D.).
Des officiers S.A.S. tentent de rapatrier en France leurs moghaznis ou harkis en dépit des consignes des autorités politiques et militaires. Mais ces efforts individuels ne réussiront que très partiellement. De nombreux moghaznis, ayant foi en la parole donnée, préfèrent rester sur place. En Juin 1962, les S.A.S. sont dissoutes "laissant derrière elles…des moghaznis et des populations ralliées à l'intégration désormais boucs émissaires d'une Algérie indépendante, tandis que ceux qui auront été rapatriés ne seront jamais acceptés par la plupart des Français." (8).
Le nombre des harkis et moghaznis assassinés après l'indépendance, en violation absolue des accords d'Evian, fait l'objet d'estimations très variées. Le traitement de dossiers depuis plus de quarante ans par notre association permet d'affirmer qu'il s'agit en tout état de cause de plusieurs dizaines de milliers de victimes.(9)

PHOTOS  DE LA SAS et réalisations

Bâtiment de la sas

vue d 'ensemble des habitations des moghaznis (makhzen )

idem bâtiment 

idem bâtiment 

captage d 'une source 

femme prélevant de l 'eau à la source  

méchoui chez les Mogzanis

AUTRE RAPPORT

les différents documents proviennent du CAOM et du bulletin historique des anciens des affaires Algériennes 7 rue pierre Girard 75019 Paris 

 

 


Accueil | Histoire du village | Ses métiers | Sa population | L'école | Le petit cheminot | la gazouse | Vos photos | guerre  14 18 | La SAS | généalogie | les nouvelles

 Espace réservé aux indications sur les droits d'auteur ou de propriété.
Pour toute question ou problème concernant ce site Web, envoyez un courrier électronique à [EmailProjet].
Dernière mise à jour le : 06 juillet 2018.